Chenilles processionnaires du chêne : les bons gestes à adopter

Publié le - Mis à jour le

Aux chenilles processionnaires du pin, Thaumetopoea pityocampa, s’ajoutent désormais d’autres chenilles processionnaires tout aussi urticantes, la processionnaire du chêne, Thaumetopoea processionea. 

©ONF

Tout comme les processionnaires du pin, les chenilles processionnaires du chêne représentent un véritable fléau pour les arbres et présentent un risque pour les humains. Des bons gestes sont à adopter.

Très présent en France, notamment en Ile-de-France, la chenille processionnaire du chêne est considérée comme la plus urticante des chenilles. Son contact peut provoquer des irritations et des démangeaisons voir des chocs anaphylactiques et des œdèmes pour les personnes allergiques.

La faune et la flore peuvent également être touchées. Chez les animaux, la langue peut se nécroser et empêcher l’alimentation en cas d’absorption de l’insecte. La chenille peut par ailleurs s’installer dans les arbres et se nourrir de ses feuilles, ce qui entraine une perte de croissance et une plus grande sensibilité aux maladies.

Les bons gestes à adopter

Pour éviter tout contact avec une chenille processionnaire du chêne, il existe des gestes à adopter. L’ONF conseille d’éviter de s’approcher des arbres porteurs de nids et d‘éloigner les enfants et les animaux de compagnie.

Il est important de ne jamais toucher les chenilles qu’elles soient vivantes ou mortes, de ne surtout pas se frotter les yeux en cas d’exposition, ainsi que d’éviter de sécher son linge à l’extérieur par grand vent à proximité d’un foyer de chenilles.

Pour plus d’informations, consultez le document ci-contre.