Canicule : attention au « street pooling »

Publié le - Mis à jour le

L’augmentation massive d’ouvertures de bouches incendie les jours de grandes chaleurs est préjudiciable pour les populations.

Désormais connu sous le nom de « street pooling », cette pratique sauvage consiste à ouvrir les bouches à incendie et à inonder les espaces publics. Ces geysers d’eau ont été constatés à 300 reprises en 2017 sur le territoire du Syndicat des Eaux de la Presqu’île de Gennevilliers (SEPG).

Ces actes ont de graves conséquences. Sur le plan matériel, certaines routes ont été barrées, des caves inondées alors que des coupures d’électricité durant de nombreuses heures peuvent directement toucher les populations.

Sur le plan humain, les risques d’électrocutions sont naturellement accrus pour ceux qui sont en contact avec l’eau, mais ils mettent aussi en péril les installations collectives.

De plus le SEPG indique que les interventions en cas d’incendie deviennent périlleuses du fait de la diminution drastique de la pression en réseau ce qui induit un danger permanent pour les usagers. Certains subissent même des baisses de pression voire des coupures dans les derniers étages des immeubles.

Plus d'infos sur le site du SEPG.

Le street pooling n’est pas un jeu. Forcer une bouche à incendie est passible de 5 ans de prison et de 75 000 euros d’amende.